Film de Coline Serreau, projeté à Matha le 10 mars 2011.

Publié le par capprojets17

 film-coline-serreau.jpg

Peut être un peu long, Coline Serreau s'engage caméra au poing à la recherche de solutions qui marchent.

Elle fait un constat dramatique de l'agriculture intensive, née selon elle de la guerre, tant par son machinisme que par ses traitements chimiques; Ses sols détruits sont alarmants, l'air est pollué, et la nourriture présentée, de même!

 

Qu'est ce que le PIB ? Coline Serreau en donne une définition qui fait froid dans le dos:

“Prenez une rivière qui coule dans un pays X;

quand le paysan traite ses champs, il pollue, le PIB augmente, car le paysan achète des produits;

puis il faut dépolluer, le PIB augmente, car il faudra faire travailler des techniciens.

Ensuite le paysan sera malade, le PIB augmentera encore, car il devra se soigner.

Le PIB, c'est la circulation des capitaux, et dans ce cas précis, l'argent circule.

Mais que vaut-il mieux?

Une rivière qui coule sans pollution ou un PIB qui augmente ?”

 

Coline Serreau invite à redonner vie à la terre, privilégier l'activité locale et retrouver l'autonomie. Elle suggère des nouveaux systèmes de production agricole et de consommation.

 

Suite au film, nous avons eu le plaisir de découvrir des paysans qui faisaient du bio, d'autres qui cultivaient des céréales sous couvert, une AMAP (agriculture pour le maintien d'une agriculture paysanne), et un directeur de lycées agricoles qui voulait re-donner la part belle à l'agronomie, parent oublié de l'enseignement agricole.

Des solutions locales se mettent en place face à la globalisation des marchés et surtout face à l'agriculture prise en otage par les marchés de la bourse.

 

Marie C.

 

Publié dans J'ai vu j'ai lu

Commenter cet article