MYS’TERRE DU JARDIN

Publié le par capprojets17

 

Le sol de nos jardins est vivant, allons le découvrir de plus près...

 

Dans le cadre de la semaine du développement durable, le service de Gestion Urbaine de Proximité de la ville de Saintes organisait du 1er avril au 9 avril animations et conférences sur le tri sélectif, le compostage, la découverte du sol vivant.

 

Ces journées étaient animées par Mathilde Colombier, maître composteur à la CDC du pays Santon, par Charles Gers, pédobiologiste et chercheur au CNRS, Gilles Domenech, pédologue de l’association Terre en Sève, Jean-Marie Lespinasse, chercheur à l’INRA de Bordeaux et Jacky Dupéty, agriculteur et ambassadeur du Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.).

 

Lors de la conférence sur le thème « le sol de nos jardins est vivant, allons le découvrir de plus près », Charles Gers expliquait les diverses couches du sol vivant et commentait le travail de décomposition de la matière organique du sol (feuilles et bois morts) par la micro-faune (insectes du sol, vers de terre et acariens), champignons et bactéries.

 

Ces matières ou excrétats sont transformés par des processus physiques et chimiques pour devenir l’humus et les sels minéraux directement absorbés par les plantes.

 

En seconde partie, Jacky Dupéty, agriculteur sur le Causse du Lot, expliquait son expérience du Bois Raméal Fragmenté au service de la nature. Des textes du XVIIIè siècle incitaient déjà à pratiquer l’enfouissement des rameaux de buis dans le sol parce que cela « équivaut à apporter au terrain trois années de bonne fumure ».

 

Cette technique innovante a été mise au point au Québec et est arrivée en Europe il y a dix ans afin de produire de l’énergie et de la nourriture en reconstituant les stocks de nutriments du sol tout en nourrissant la plante.

 

Le BRF, ce sont des rameaux secondaires (dont le diamètre est inférieur à 7 cm et qui portent feuilles et bourgeons) d’arbres broyés et qui contiennent les substances qui favorisent la photosynthèse et qui sont riches en éléments nutritifs (carbone, azote, polysaccharides et protéines).

 

Le BRF épandu sur le sol sur une couche de 3 à 5 cm permet de reconstituer la diversité du sol vivant et d’apporter tous les éléments nutritifs aux plantes. Utilisé en maraîchage notamment, il a prouvé ses propriétés préservant l’évaporation de l’eau et la pousse des adventices. Il existe cependant quelques limites sur les sols hygromorphes et la gestion des stocks de matière première qui doit être assurée dans un souci d’économie durable.

 

En troisième partie, Gilles Domenech proposait d’autres techniques pour nourrir le sol et empêcher la pousse des adventices par des couverts végétaux, des cartons, du foin…

 

Suite à cette conférence, j'ai envie de me lancer dans l'aventure et tester le BRF dans mon jardin. A suivre...

 

Pour en savoir plus :

Le BRF, vous connaissez ? Jacky Dupéty, Editions de terran.

Le Bois Raméal fragmenté et la pédogénèse. Gilles Lemieux. Publications de l’Université de Laval (voir site Internet des Publications de l’Université de Laval)

Le Jardin Naturel de Jean-Marie Lespinasse.

Jardinons sol vivant Gilles Domenech (Association Terre en Sève)

Les sites des personnes citées.

 

Publié dans Nos rencontres

Commenter cet article